Des hackers ratent un milliard de dollars pour une faute d’orthographe

0

Des pirates informatiques ont failli réussir le casse du siècle en tentant de voler un milliard de dollars, mais des fautes de frappe ont fait échouer leur plan et ils ne sont repartis qu’avec 81 millions de dollars !

Les hackers s’en sont pris à la Banque Centrale du Bangladesh et avaient prévu de détourner un milliard de dollars durant un weekend, par chance une erreur de frappe a attiré l’attention de certains systèmes de sécurité qui ont empêché des transferts. Les hackers ne sont toutefois pas repartis les mains vides.

Une faute d’orthographe à un milliard de dollars !

Les pirates informatiques ont voulu profiter d’un manque de communication entre les banques durant les week-ends pour détourner une importante somme d’argent.

Razee Hassan, vice-gouverneur de la Banque du Bangladesh a déclaré : « 81 millions de dollars ont été transférés de la Fed de New York sur un compte aux Philippines ». Plusieurs ordres de virements pour un montant de 850 millions supplémentaires ont été bloqués et par chance, n’ont pas eu le temps d’être exécutés.

C’est une faute de frappe dans certaines demandes de virement qui a fait échouer ce vaste détournement de fonds ! Le compte destinataire des pirates était une organisation non gouvernementale nommée « Shalika Foundation », mais à partir du cinquième virement le pirate a fait une faute d’orthographe et rédigé : « Shalika Fandation ». La Deutsche Bank a donc mis temporairement les ordres en attente pour contacter la Banque Centrale du Bangladesh, qui a fait annuler tous les ordres en attente.

Une partie des 81 millions de dollars a été retrouvée, mais une autre partie a déjà été redirigée vers des casinos, l’enquête promet donc d’être très longue. Il semble que la faille vienne d’un piratage de la Banque Centrale du Bangladesh où les pirates ont pu mettre la main sur des informations leur permettant de réaliser des virements authentiques.

La Fed de New York a décliné toutes responsabilités dans cette affaire, expliquant que son système informatique n’avait pas été compromis et que les demandes de virements avaient été effectuées avec des authentifications conformes. Une enquête a été ouverte pour mettre la main sur ces cybercriminels, le Bangladesh n’a pas manqué de désigner un coupable, en évoquant la Chine.

Source

commentaires