Elle vous invite à découvrir les intérieurs des accumulateurs de l’extrême. Et vous n’en ressortirez pas indemnes.

0

Syllogomanie. Mot compte double. Ou triple. Mais derrières ces quelques syllabes se cache en réalité un mal dont souffriraient entre 2.3 et 4.6% de la population mondiale. Un mal qui pousse certaines personnes à ne rien jeter, et donc à tout garder. Paula Salischiker, photographe de son état, a décidé de venir à la rencontre

Syllogomanie. Mot compte double. Ou triple. Mais derrières ces quelques syllabes se cache en réalité un mal dont souffriraient entre 2.3 et 4.6% de la population mondiale. Un mal qui pousse certaines personnes à ne rien jeter, et donc à tout garder. Paula Salischiker, photographe de son état, a décidé de venir à la rencontre de ces accumulateurs de l’extrême. Un voyage inattendu, inquiétant et qui ne devrait pas vous laisser indifférent.

Et n’oubliez pas : jeter peut être une véritable libération.

commentaires