Faire du patinage sur des poissons morts, cela se passe au Japon évidemment…

0

On se demande ce qu’il peut bien se passer dans l’esprit de certaines personne avant de se lancer dans un projet. Un parc d’attraction a eu la très bonne idée de proposer une patinoire où des poissons morts étaient congelés dans la glace. Une initiative plutôt glauque qui n’a pas manqué de choquer la moitié de la planète en quelques jours.

Le parc japonais Space World a probablement dû croire qu’il venait d’avoir l’idée du siècle en congelant plus de 5000 poissons morts dans la glace de sa patinoire, mais les visiteurs et les internautes ont été très critiques après cette démonstration d’un profond manque de respect envers les animaux. Les responsables assurent qu’ils n’ont pas voulu choquer, mais qu’ils souhaitaient offrir aux visiteurs la possibilité de patiner sur un banc de poissons, afin d’avoir l’impression « de glisser au-dessus de la mer »…

Patiner sur des poissons morts, plutôt sordide comme idée

Un concept qui aurait pu séduire, si les concepteurs de cette attraction n’avaient pas eu la mauvaise idée d’utiliser de vrais poissons morts. La patinoire de Kita kyushu se trouve dans le parc japonais Space World au Japon et avait été inaugurée le 12 novembre 2016. Il n’aura donc pas fallu attendre très longtemps pour que les internautes, des associations de protection des animaux, des religieux ou des visiteurs fassent fermer cette patinoire sous la pression.

Ils étaient nombreux à critiquer ce profond manque de respect envers le monde animal et la mort, d’autant que de simples stickers sous la glace auraient eu le même effet visuel. Un vrai bad buzz mondial qui a poussé les créateurs de l’attraction à s’excuser publiquement, puis à fermer cette dernière, afin de retirer tous les poissons, crabes, poulpes, bébés requins, etc. Une cérémonie religieuse shintoïste a même été donnée par des moines pour le repos éternel de ces pauvres poissons.

« Nous voulions que nos clients expérimentent la sensation de patiner sur la mer mais, après avoir reçu des critiques, nous avons décidé d’arrêter », a expliqué le responsable Toshimi Takeda, exprimant ses « profonds regrets ».

Source

 

commentaires