Même si ceci avait été publié un 1er Avril, vous auriez trouvé la ficelle trop grosse. Et pourtant c’est vrai.

0

Les agents de l’URSSAF ne plaisantent pas avec ce qu’ils considèrent comme du travail dissimulé. C’est ce que les gérants d’un bar de Locmiquélic, dans le Morbihan, ont constaté à leurs dépens. C’est Le Télégramme qui rapporte cette affaire totalement hallucinante, à travers le témoignage de la patronne du pub : « Vers minuit trente,

Les agents de l’URSSAF ne plaisantent pas avec ce qu’ils considèrent comme du travail dissimulé. C’est ce que les gérants d’un bar de Locmiquélic, dans le Morbihan, ont constaté à leurs dépens.

C’est Le Télégramme qui rapporte cette affaire totalement hallucinante, à travers le témoignage de la patronne du pub :

« Vers minuit trente, une cliente a rapporté un plateau. Elle est passée par le comptoir pour aller aux toilettes. C’est là que tout a basculé. Mon mari s’est fait plaquer contre la vitre par un homme. Une femme s’est jetée sur moi en me montrant une carte tricolore. C’est là que j’ai compris que c’était un contrôle de l’Urssaf. Ils m’ont dit que j’étais prise en flagrant délit de travail dissimulé. Ils considéraient que les clients se comportaient comme des serveurs ».

Oui, vous avez bien lu : rapporter son verre au bar est donc du travail dissimulé. Et on apprend aussi à l’occasion que les agents de l’URSSAF se comportent comme des agents de la BAC, ou comme des caids de banlieue, n’hésitant pas s’en prendre physiquement aux personnes soupçonnées de fraude.

Une histoire ubuesque qui ne fera malheureusement que quelques lignes pendant quelques heures dans les journaux et un petit buzz sur internet. Les cow-boys d’opérette de l’URSSAF peuvent dormir tranquilles : ils ne seront ni inquiétés, ni poursuivis, et pourront continuer à harceler tranquillement les petits entrepreneurs avec leurs méthodes de nazis.

La France, un pays qui aime ses entreprises, assurément.

commentaires