En 2030, il y aura 30% de robots policiers à Dubaï

0

Dubaï est un pays qui a les milliards de dollars pour réaliser régulièrement certaines exubérances, dernière en date, la volonté du gouvernement de disposer de robots policiers. Vous avez bien lu, le pays veut se doter d’un tiers d’effectifs composés de Robocop !

L’émirat de Dubaï n’est pas particulièrement connu pour son apport au niveau de la robotique et pourtant d’ici 2030, 30% des policiers du pays ne seront pas fait de chair et de sang, mais d’huile et de puces électroniques. Le pays vient de se doter d’un premier robot créé par PAL Robotics…

Un premier robot policier dans la police de Dubaï et bientôt beaucoup d’autres…

Khalid Nasser Al Razouqi, le directeur général du département des services intelligents de la police de Dubaï a ainsi affirmé à la presse : « Nous voulons que tout soit connecté et intelligent au sein de la police dubaïote. En 2030, nous aurons la première station de police intelligente qui ne nécessitera pas d’employés humains ».

Pour le moment, ce premier robot policier est une sorte de test, mais l’ambition du pays est désormais claire, la police robotisée est l’avenir du pays. Que peut faire le robot de PAL Robotics demanderont certains d’entre vous, en réalité des tâches surtout administratives et du contact avec le public, on est donc assez loin de Robocop, mais le pays souhaite que de futures générations de robots fassent le travail d’un policier à part entière.

Robot policier de Robocop à aujourd'hui

Dubaï n’est d’ailleurs pas le seul pays à songer à ce type de robots policiers, mais avec une vision à plus long terme. 2030, c’est demain, et d’autres pays étudieront ce déploiement de robots policiers à grande échelle, comme une expérience pouvant les amener à faire les bons choix pour leur propre flotte de machines et considérer les missions exactes qui pourront être consignées à ces robots.

En effet, il n’est pas certain que les robots puissent bien cerner toutes les situations car le métier de policier est relativement complexe. De plus, le public pourrait être amené à ne pas vouloir collaborer avec des machines impersonnelles. En tout cas, on a hâte de voir cela !

 

commentaires